Sam Tanson

Subscribe to Sam Tanson feed Sam Tanson
Updated: 2 hours 13 min ago

QP: D’Diskussiounen ronderëm d’Selektioun fir d’Frankfurter Buchmesse

30 June 2018

Monsieur le Ministre a annoncé par communiqué du 20 juin 2018 les œuvres retenues pour le stand du Luxembourg à la Frankfurter Buchmesse. Il y fut expliqué que 57 œuvres de 13 maisons d’édition ainsi que 20 manifestations avaient été retenues par un jury indépendant et confirmées par l’équipe de coordination, composée de représentants des auteurs et des maisons d’édition, du Conseil national du livre et du ministère de la Culture.

Ce communiqué fut suivi de certains remous, alors que fut contesté e.a. la composition du jury de même que le choix des livres finalement retenus. Les critiques, notamment émises par une chronique de Madame Valerija Berdi diffusée sur la radio 100,7 (« Transparenz a Souveränitéit op Lëtzebuergesch »), relèvent que des livres, qui ne rentraient pas dans les critères de sélection, figurent quand même sur la liste de sélection.

Le fait que les auteurs luxembourgeois bénéficient cette année de nouveau – après une absence de plusieurs années – d’une présence autonome et d’un soutien à la « Frankfurter Buchmesse » est absolument à saluer. Se pose néanmoins la question de la transparence des critères et de leur application, de même que des critères ayant gouverné la mise en place du jury et du comité de coordination.

Dans ce contexte, j’aimerais avoir les renseignements suivants de la part de Monsieur le Ministre de la Culture :

  1. Monsieur le Ministre peut-il nous informer de la procédure suivie pour mettre en place le jury et le comité de coordination, de même que pour les règles régissant la sélection ?
  2. Quels sont les critères de sélection retenus ?
  3. Quel était le nombre de candidatures ?
  4. Monsieur le Ministre peut-il nous informer en quoi consiste en pratique la participation des auteurs retenus ?
  5. Est-ce que le contrôle du respect des critères de sélection est suffisant ou est-ce que des améliorations sont éventuellement déjà envisagées en vertu des expériences faites lors de cette procédure de sélection ?
  6. Est-ce qu’une évaluation détaillée de cette première participation sous cette nouvelle forme est prévue ?
Catégories: gréng Blogs

QP: Wéi geet et weider mat der Prise en charge vun der Psychotherapie?

22 June 2018

Par la présente et conformément au règlement de la Chambre des Député-e-s, nous nous permettons de poser une question parlementaire à Madame la Ministre de la Santé et à Monsieur le Ministre de la Sécurité Sociale concernant la mise en pratique de la loi du 14 juillet 2015 portant création de la profession de psychothérapeute.

La loi précitée définit le cadre légal de l’exercice de la profession de psychothérapeute et arrête notamment le cadre de la prise en charge des actes de psychothérapie par le psychothérapeute. Ainsi la loi modifie l’article 17 du Code de la sécurité sociale qui prévoit désormais la prise en charge des psychothérapies visant le traitement d’un trouble mental.

Dans ce cadre nous souhaitons poser les questions suivantes aux ministres précités :

1. Où en est la transposition de cette loi en général et plus particulièrement en ce qui concerne la prise en charge des frais de psychothérapies ?

2. Quels actes seront remboursés?
3. A partir de quand ces remboursements pourront-ils être effectués ?

 

Josée Lorsché & Sam Tanson

 

Hei d’Entfert op ons Fro

Catégories: gréng Blogs

Mäin mëndleche Rapport zum Scheedungsgesetz den 14. Juni 2018 an der Chamber

14 June 2018

 

Den Oscar Wilde huet et op de Punkt bruecht : d’Bestietnis ass déi éischt Ursaach vun der Scheedung.

Wëll mer awer, entgéint e puer Boutaden an déi Richtung d’Bestietnis net wëlles hunn ofzeschafen, wäerte mer haut déi gesetzlech Scheedungsursaachen reforméieren an dem néien Scheedungs (an autorité parentales) Gesetz.

Ech kommen fir d’éischt op d’Scheedung ze schwätzen ier ech de Volet « autorité parentale » behandelen.

Erlaabt mer e kuerze Bléck no hannen fir den historesche Kontext duerzeleeën.

D’Scheedungen hu sech an de leschte Joerzéngt lues a lues banaliséiert. Woren an den 1950Joeren just 5% vun de bestueten Koppelen no 30 gescheet, sou ass deen Pourcentage op 16% an den 1960er Joren geklommen fir 23% an den 1970er Joren ze erreechen. Haut gëtt quasi een Bestietnis op zwee gescheet.

D’Scheedunge waren zu Lëtzebuerg op Basis vun engem Gesetz vun 1803 erlaabt. E Gesetz wat iwwer 150 Joer a Kraaft war an den Esprit vun där Zäit erëmgëtt.

Et goufen zwou Kategorien vu Scheedungen, den divorce pour faute, an den divorce pour consentement mutuel, deen awer esou streng encadréiert war, datt en net vill genotzt gouf, an d’Leit deemools schonn dacks op den « divorce pour faute » zeréckgegraff hunn fir des Reegelen z’ëmgoen. Fir en divorce par consentement mutuel ze kréien, huet een net dierften méi wei 20 Joer bestuet sinn, et huet ee missten d’Erlaabnis vun den Elteren hunn, falls des nach gelieft hunn a vrun allem, et huet ee sech net dierften scheeden wann d’Fra méi wei 45 Joer hat, och wann se d’accord war (voire demandeur vun der Scheedung).

Des Konditiounen sinn eréischt duerch e Gesetz vum 6. Februar 1975 verschwonnen. E Gesetz vum 5. Dezember 1978 huet eng nei Scheedungsuursach agefouert, an zwar den « divorce pour séparation de fait » deen een nach ëmmer laut haitegem Artikel 230 vum Code civil kann ufroen wann een 3 Joer getrennt ass, voire 5 Joer am Fall vun enger Trennung wéint « aliénation mentale » vun engem Partner.

Och den divorce pour faute ass duerch d’Gesetz vun 1978 vereinfacht ginn. Iwwreg bliwwen sinn nëmmen nach als Konditiounen, déi déi och haut am Artikel 229 vum Code civil stinn : dat da wieren « excès, sévices ou injures graves d’un des conjoints envers l’autre ».

Zenter engem Gesetz vun 1993 huet och just nach eng Scheedung déi wéinst « torts exclusifs », also den exklusiven Feeler vun enger Partei gesprach gëtt, als Konsequenz, datt des laut Artikel 300 vum Code civil, keen Recht op Alimenter huet.

Et gëtt scho laang iwwert eng Reform vun der aktueller Prozedur diskutéiert. 2003 hat den deemolegen Justizminister Luc Frieden schonn e Gesetzprojet deposéiert dat als Ziel hat, den Divorce pour faute ofzeschafen. Et huet deemools am exposé des motifs geheescht :

« Cette forme de divorce pousse les époux à se livrer à un combat judiciaire destructeur et à étaler au grand jour la vie privée du couple. Ainsi, l’époux demandeur énonce dans son assignation, en les grossissant, les griefs qu’il invoque contre son conjoint qu’il blâme comme étant l’unique coupable de l’échec du mariage. L’époux défendeur, humilié et blessé par les imputations des fautes contenues dans l’assignation, cherchera à son tour à accabler son conjoint. Très souvent, le tribunal prononcera alors le divorce aux torts partagés. »

Dëse Constat ass haut, 15 Joer méi spéit, nach ëmmer genee sou richteg. De Projet iwwer dee mer haut ofstëmmen, schaaft den divorce pour faute komplett of. Et sinn deemno nach zwee Scheedungsgrënn firgesinn : 1) den divorce par consentement mutuel an

2) den divorce pour rupture irrémédiable des relations conjugales, de sougenannten « Zerrüttungsprinzip ».

D’Bestietnis kann elo opgeléist ginn ouni datt en Accord besteet an ouni datt e Feeler vun dem aneren muss bewise ginn. D’Parteien musse sech awer hei vun engem Affekot begleeden loossen.

Et sinn och Délais’en virgesinn fir ze verhënneren, datt ee sech aus enger Laun eraus scheeden léisst. Wann de Partner des « Zerrüttung » contesteiert, dann kann de Riichter en Delai vun 3 Méint fixéieren bannent dem keng Decisioun geholl gëtt. Dësen Delai kann eemol em 3 Méint verlängert ginn.

D’Ontreiheet, fällt also als juristesch Ursaach fir d’Scheedung ewech, den devoir de fidelité bléift allerdéngs am Artikel 212 bestoen, et heescht deemno weider bei engem Bestietnis « les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance ».

Wat d’Scheedung a géigesäitegem Averständnis ubelaangt, sou ass et mat dësem Projet elo esou, datt d’Parteien just nach eemol – an net wei bis elo zweemol mussen beim Riichter erschéngen. Se mussen sech och beim Riichter net duerch en Affekot vertrieden loossen, allerdéngs muss d’Scheedungsconventioun, déi d’Detailer reegelt, vun engem Affekot oder engem Notaire geschriwwen ginn.

De Feeler verschwënnt wei gesot aus der Scheedungsprozedur. Déi eenzeg Platz wou de Feeler nach bestoen bleift ass bei den ekonomesche Konsequenzen. Wann eng vun de folgenden strofrechtlechen gravéierenden Infraktiounen :

attentat à la pudeur,

viol coups et blessures volontaires,

homicide et lésions volontaires,

meurtre,

assassinat,

infanticide,

empoisonnement

géint de Partner oder d’Kand vun der Koppel zu enger Veruerteelung vun engem Partner feiert, dann verléiert dësen, op Demande vun dem aneren Partner, säin Recht op eng pension alimentaire a seng avantages matrimoniaux déi en eventuell vun dem aneren am Kader vun engem contrat de mariage accordéiert krut.

Wat d’ekonomesch Konsequenzen ausserhalb vun dësen exzeptionellen, strofrechtlechen Prozeduren ugeet, sou bleift de Prinzip bestoen, datt de Riichter d’pension alimentaire jee no Besoine vun dem fixéiert deem se zegutt kënnt an no de Méiglechkeeten vun dem den se bezilt. Et kommen awer elo eng ganz Rëtsch Critèren mat an d’Gesetz déi de Riichter nach a Kaf huele muss fir d’Heigt vun der pension alimentaire ze bestëmmen : den Alter an d’Gesondheet, Dauer vum Bestietnis, Zäit déi verbruecht gouf d’Kanner grousszezéien, d’Qualifikatioun a professionell Situatioun, d’Méiglechkeet eng nei Aarbecht ze fannen, de Patrimoine vun de Partner.

D’Period wärend där e Recht op d’pension alimentaire besteet gëtt an der Zäit begrenzt, a kann – sauf circonstances exceptionnelles – net méi laang sinn wei d’Dauer vum Bestietnis.

Wat d’Pensiounsrechter ubelaangt, gëtt eng Méiglechkeet agefouert fir de Conjoint, deen wärend dem Bestietnis opgehalen huet mat schaffen oder manner geschafft huet, e retroaktiven Zeréckkaf vu sengen Pensiounsrechter ze maachen.

Wat de Logement ubelaangt, wann d’Koppel Kanner huet déi manner wie 12 Joer hunn, da kann deen Elterendeel bei dem d’Kanner hiren Haaptwunnsëtz hunn, e Recht kréien fir an der Wunneng ze bleiwen, falls dat am Interessi vun de Kanner ass. Dëst gëtt allerdéngs op eng Dauer vun 2 Joer nom Divorce begrenzt an eng Indemnitéit fir d’Notzung vum Logement gëtt fixéiert.

Et goung an dësem Projet awer och drëms d’Prozeduren ze vereinfachen. Laang gëtt och schonn zu Lëtzebuerg iwwer en Familljeriichter diskutéiert, e Riichter deen wéi a Frankräich, e groussen Deel vun den Affären déi d’Famill betrefft behandelt an deen doduerch kann eng Famill suivéieren, duerch all d’Prozeduren déi kënnen opkommen. Et sinn dat, all d’Affären ronderëm d’Bestietnis, d’Scheedung, d’autorité parentale, d’Mineure déi haut vum Juge des tutelles traitéiert ginn, oder och nach d’Requêten am Kader vun enger Prolongatioun vun der Expulsioun vun enger Persoun aus sengem Doheem wëll se gewalttäteg gouf.

Dëse Riichter fungéiert als « juge unique », deen also eleng siegéiert, wéi haut schonn de Juge de la Jeunesse, de Juge des Tutelles oder insgesamt de Friddensriichter.

Bei méi komplizéierte Fäll, oder wann eng Partei et freet, kann de Riichter d’Affäre awer virun eng kollegial Kompositioun vun 3 Riichter verweisen. Am Appel gëtt d’Affär vun enger ziviller Chamber behandelt, des kann awer och den Dossier bei een eenzelen Appellsriichter verweisen, fir ze erlaben datt einfach Froen, wei d’Horairen vum Droit de visite kënnen séier behandelt ginn.

Des Ännerungen an der Organisatioun vun der Magistratur brénge mat sech datt 9 Magistratsposten geschaaft ginn, an een Tutellesriichter zum Juge aux affaires familiales gëtt. Do dobäi gëtt een zousätzleche Posten als Conseiller op der Cour d’appel geschaaft.

Wat d’Prozedur en tant que telle ugeet : An Zukunft muss een net méi iwwer den Dierwiechter fueren fir den Divorce ze froen, eng Requête op fräiem Pobeier, wéi et se och an aneren Beräicher, zum Beispill dem Aarbechtsrecht gëtt, geet duer.

D’Delaise bannent deenen d’Affären elo behandelt ginn, ginn encadréiert fir z’erméiglechen datt d’Affären net schleefen a schleefe gelooss ginn, an datt déi Onsécherheet déi dacks wärend de Scheedungsprozesser besteet sou séier wei méiglech op en Enn kënnt.

Bannent 15 Deeg vum Dépôt vun der Requête ginn d’Parteien geruff an dono gëtt d’Affär op een Mount fixéiert.

Et gëtt och en aussergewéinlechen Référé agefouert, eng séier Prozedur fir provisoresch Moossnamen decidéieren ze loossen, zum Beispill an dréngenden Fäll wou eng Partei ouni finanziell Ressourcen ass a séier muss eng Léisung fonnt ginn.

De Riichter kritt an dësem Projet ëmmer méi eng Funktioun vum Conciliateur, ouni awer d’Mediatioun a Fro ze stellen.

Weider sinn d’Audienzen elo net méi an der Ëffentlechkeet, dëst fir d’Privatsphäre vun de Parteien, déi hei hiert privat Liewen hei diskutéieren, ze garantéieren, de Riichter kann awer ëmmer d’Publicitéit vun den Débatse ordonnéieren.

Zu deenen dann déi dacks am meeschten ënnert enger Scheedung leiden : de Kanner. De Projet iwwer den mer haut ofstëmmen berengegt och ons Legislatioun op engem Punkt, vun dem mer op mannst zënter engem Arrêt vun der Cour constitutionnelle vum 26. März 1999 wëssen, datt en net verfassungskonform ass : Dispositiounen zu der autorité parentale am Code civil.

Ech zitéieren aus dem Arrêt 07/99 vu virun 19 Joer : « Considérant dès lors que l’instauration du principe de l’exercice privatif de l’autorité parentale par la mère naturelle, créant dès l’abord une inégalité entre le père naturel par rapport à la mère naturelle et au père légitime, et par là-même un clivage entre les situations des enfants selon qu’ils sont nés ou non dans le mariage, constitue une différenciation qui n’est ni adéquate ni proportionnée à son but;

Considérant qu’il s’ensuit que l’article 380, alinéa 1er du Code civil, en ce qu’il attribue l’autorité parentale d’un enfant naturel reconnu par les deux parents privativement à la mère, n’est pas conforme à l’article 11 (2) de la Constitution ».

Dëst Gesetz ännert dat elo. Op Elteren bestuet sinn oder net, si üben an Zukunft gemeinsam d’autorité parentale aus. D’Elteren sollen un éischter Stell zesummen probéieren en Accord iwwer d’Modalitéiten vun der Ausübung vun der autorité parentale an enger Konventioun ze fannen. Des kann dann vum Gericht homologéiert ginn.

Se kréien och d’Méiglechkeet d’Residenz vum Kand ofwiesselnd bei dem engem an dem anere ze fixéieren.

De Riichter kann allerdéngs entscheeden d’autorité parentale, am Interessi vum Kand, just op een vun den Elterendeeler z’iwwerdroen.

D’Méiglechkeet vum Mineur « capable de discernement » fir selwer eng Ännerung vun der autorité parentale oder dem droit de visite ze froen gëtt elo gesetzlech encadréiert. Och haut gëtt dem Mineur ab engem gewëssenen Alter nogelauschtert wann en seng Meenung heizou äussert, den Projet deen ons firlait, gesäit expressis verbis fir, datt de Mineur sech kann un d’Geriicht wenden an datt d’Geriicht dann, falls de Mineur net schonn en Affekot huet, een nennt. Den Affekot muss dann bannent engem Delai vun engem Mount eng Requête beim Geriicht deposéieren wou en dem Mineur seng Demande ervirbréngt. D’Geriicht kann dann dem Mineur a sengen Elteren eng Médiatioun proposéieren fir gemeinsam eng Léisung ze sichen.

D’Méiglechkeet, och nees am Interessi vum Kand, den droit de visite op enger neutraler Platz auszeüben, gëtt och elo gesetzlech verankert, nodeems se sech jorelaang an der Praxis bewäert huet.

Beit Elteren mussen, egal op se d’autorité parentale ausüben oder net, zum Ënnerhalt an der Educatioun vun de Kanner bäidroen.

D’Kanner hunn e Recht op eng Verbindung zu hiren Elteren, an all Elterendeel ass verflicht de Kontakt zu senge Kanner oprecht ze erhalen, op en elo d’autorité parentale huet oder net.

Fir déi Kanner ze schützen, déi riskéieren international gekidnappt ze ginn, gëtt elo d’Méiglechkeet fir de Familljeriichter virgesinn an aussergewéinlechen Fäll, am Pass vum Kand aschreiwen ze loossen datt et net dierf aus dem Land ouni d’Erlaabnis vun den 2 Elteren.

An Zukunft dierfen och Leit en droit de visite ufroen déi net Famill mam Kand sinn an et gëtt eng nei Moossnam agefouert, de mandat d’éducation quotidienne, deen een Elterendeel kann dem anere ginn fir déi üblech Akten vun der autorité parentale auszeüben.

D’Dispositiounen vun dësem Gesetz trieden den 1. Dag vum 4. Mount no der Publikatioun vum Gesetz a Kraaft. Eng Ausnam ass virgesinn fir d’Dispositiounen iwwer d’autorité parentale, des trieden 3 Deeg no der Verëffentlechung a Kraaft.

 

Catégories: gréng Blogs

Interventioun zum néien Unisgesetz

13 June 2018

Mir hunn nach eng ganz jonk Uni. Se kritt zwar elo schonn hiert zweet Gesetz, mais den internationale Standarden no ass se jonk. Dat wësse mer op mannst zënter dem « Times higher education ranking » vun der viregter Woch iwwer jonk Uni’en an dem Lëtzebuerg sech dëst Joer op der 12. Platz klasséiert.

Bei dëse « jonken » Uni’en geet et em Uni’en vun ënner 50 Joer.

D’Uni Lëtzebuerg wéi mer se kennen gëtt et zënter 2003, deem si ganz vill Débats’en virausgaangen, bei hirer Grënnung hu vill Leit net esou richteg doru gegleeft datt et kéint eppes ginn.

Mais, wei sou dacks bei contesteierten Projets’en, haut ass d’Uni net méi aus dem intellektuellen Liewen vu Lëtzebuerg ewechzedenken. Se huet sech an de leschte 15 Joer etabléiert, eng gewëssen Renommée krut, wéi och de Ranking weist, an elo gëllt et d’Strukturen vun der Uni unzepassen. Et gëtt en néit Gesetz, quitt datt sech näischt Fundamentales soll änneren, déi wesentlech Aspekter, dat gouf jo elo och schonn hei duergeluecht, sou wei 2003 fixéiert sollen bleiwen, alle virop den internationale Charakter, (dei jo vu Studentenzäit absolut gelongen ass mat 57% net-Lëtzebuerger Studenten) den enke Lien tëscht Enseignement a Recherche (och hei erfirzestraichen fir d’Joer 2015/2016 600 Doktoranden op 6.000 ageschriwwen Studenten), d’Villsproochegkeet an d’Interdisciplinariteit. Woubäi et bei der Villsproochegkeet e klenge Bemol gëtt, ervirgestrach vum Michel Pauly an engem fräien Mikro um Radio 100,7, an zwar deen, datt de Multilinguismus just op Bachelor a Master bezunn ass, an de Risiko kéint bestoen, wei dat aktuell schonn a verschiddenen Fuerschungszentren de Fall ass, datt all Projet vun enger Thees misst op englesch presentéiert ginn.

Den Haptdreipunkt vun dësem neie Gesetz ass d’Stäerkung vun der Autonomie vun hiren Haaptorgan, dem Conseil de Gouvernance an dem Recteur.

Wéi de fréieren Recteur Rolf Tarrach et den 13. Januar 2018 an enger Tribüne am Lëtzebuerger Wort geschriwwen huet, huet et der Uni bis ewell vrun allem un organisatorescher Autonomie gefeelt.

Dat soll mat dësem Projet behuewen ginn. De Conseil de gouvernance, also dat Organ dat déi generell Politik a Strategie vun der Uni soll festlëen, kritt méi Pouvoire’en a gëtt och verstäerkt. Absolut begréissenswäert ass de Fait, datt hei en Dialog mat den Acteurs’en vum Terrain, a virop der ALUP, der Associatioun vun de Proffe’n stattfonnt huet a verschiddener vun hiere Revendicatiounen an de Projet integréiert goufen. Donieft gëtt awer och de Rektorat gestrafft, just nach de Recteur ass als Organ vun der Uni, als Chef vum exekutive Pouvoir, am Gesetz virgesinn.

Et dierf een awer net vergiessen, datt hei verschidden Intérêts’en am Spill sinn. Jidder Acteur begréisst d’Verstäerkung vun der Autonomie, mais inweifern de Conseil de Gouvernance soll autonom sinn par Rapport zu den Proffen an dem Personal vun der Uni ass déi Fro déi fir vill Opreegung gesuergt huet.

Des Opreegung koum vläicht grad, wëll d’Diskussioun ronderëm de Projet an eng Phase vun Onrouen gefall ass, déi et vrun e puer Méint op der Uni gouf an déi weisen datt Dialog an Transparenz wichteg Elementer am Liewen vun der Uni sinn. D’Uni dierf op kee Fall duerch Krisen geréiert ginn, déi doduerch géinge provozéiert ginn, datt de Conseil de gouvernance net géing op d’Enseignante lauschteren, also op de Conseil universitaire (dat internt Organ vun der Uni) wann en en Avis vum Conseil universitaire anhëlt (zum Beispill betreffend d’Ofschafen vun engem centre disciplinaire oder bei Nominatiounen).

Natierlech gëtt et do déi ënnerschiddlechsten Modeller am Ausland, vu komplett autogéreiert Universitéiten, also vun den Enseignante geréiert bis hin zu managerial gefouerten Institutiounen. Mir hunn e Mëttelwee gewielt : 11 Memberen ginn vun der Regierung genannt, wouvun der 5 Universitéitsproff musse sinn, déi aner eng Experienz a Kompetenz am Heigschoulsecteur oder an der Gestioun a Gouvernance mussen hunn. An och wichteg : Just 40% dierfen dem ënnerrepresentéiert Sex ugehéieren. Datt d’Enseignante e Wuert matzeschwätzen hunn ass elementar, wéi schreift de Professer Luc Heuschling a sengem Commentaire zum Projet de loi: « ce sont les professeurs, spécialistes en leur domaine, qui sont les mieux placés pour innover à la fois en recherche et en enseignement ; dès lors, si la société veut au maximum tirer profit de la capacité d’innovation de ses enseignants-chercheurs, elle doit leur reconnaître, par un acte de confiance et par intérêt mûrement réfléchi, (…) un rôle (crucial, décisionnel) dans les choix stratégiques arrêtés au sein de l’université ».

D’Confiance, d’Vertrauen, ass e Wuert wat am Kontext vun dësem Projet dacks erëmkennt an et ass schued, datt wann ee mat den Vertrieder vun de Proffen diskutéiert, erauskléngt datt si eng gewëssen Mooss u Mësstrauen aus desem Projet erausliesen. Dowéinst ass et jo positiv, datt de Conseil universitaire, dat internt Organ vun der Uni, an där Enseignante, Chercheure a Verwaltungspersonal vertruede sinn, och elo e Recht drop 2 hunn Leit an de Conseil de gouvernance ze nennen, dat war am ursprénglechen Text net virgesinn, an de President vun der Studentendelegatioun genee wei de President vun der Personaldelegatioun sinn d’Office vertrueden. De Recteur wunnt de Reuniounen vum Conseil de Gouvernance bei, ouni e Stëmmrecht ze hunn.

D’Pouvoire’en vum Conseil de gouvernance sinn elo impressionnant, souwuel inhaltlecher Natur, wei : déi generell Ausriichtung vun der Uni, also d’Strategie/ d’Créatioun, Erhalen oder Suppressioun vun Fakultéiten an Interdisziplinären centren, wei personalpolitescher Natur mat wichtege Nominatiounen wei déi vum Recteur, Vice-recteur, Doyens’en, grad wei d’Remuneratiounspolitik an och de Finanzvolet mat dem elementaren Aspekt vun de frais d’inscription. Doweint ass d’Decisioun doriwwer wien an de Conseil de gouvernance an Zukunft kënnt schonn eng iwwer d’Ausriichtung déi een sech fir d’Uni wënscht an et wäert och an Zukunft ganz vill vun der Zesummesetzung vun dem Conseil de gouvernance ofhänken. E puer vun dësen Decisiounen mussen awer nach vum Minister approuvéiert ginn.

Mir gréng begréissen d’Usätz vun dësem Gesetzprojet, mais mir hoffen awer, datt d’Uni als ëffentlech Institutioun weiderhin zwou fundamental Rollen wäert spillen :

-eng Méiglechkeet e breede Spektrum un Fächer ze studéieren an och an engem breeden Spektrum u Fächer Recherche ze bedreiwen.

-fir jidder potentiellen Student zougänglech sinn.

Ech erkläre mech :

Eng Rëtsch kritesch Téin aus dem Beräich vun den Kulturwëssenschaften fäerten déi ëmmer méi finanztechnesch Orientéierung vun der Uni. De « Return on Invest » géing op der Uni ze vill eng wichteg Roll spillen an et wier dacks méi schwiereg fir des Sparten méi Moyene accordéiert ze kréien, dat misst méi beluecht ginn wei fir méi « rentabel » Filièren. Eng Orientéierung reng an des Richtung wier natierlech immens schued, wëll zum perséinlechen an nationalen Räichtum gehéieren net just d’Finanzstudien, mais och e.a. d’Studien vun de Sproochen, der Geschicht an der Philosophie. Ech erënneren an dësem Kontext un d’Missiounen déi am Artikel 3, Paragraf (1) Punkt 3 vum Projet fixéiert sinn, an där och och virgesinn ass, datt d’Uni sech – nieft dem ekonomeschen – um sozialen a kulturellen Developpement vu Lëtzebuerg bedeelegen soll. Den Accent op d’Geeschteswëssenschaften ass néideg fir dëser Aufgab gerecht ze ginn.

Den zweete Punkt betrefft d’Aschreiwungsfraisen. Ech hu vun Diskussiounen héieren fir d’Aschreiwungsfraise fir eenzel Studiëgäng konsequent eropzesetzen. Dat ass fir eng jonk Uni schonn e gewoten Schratt, mais vrun allem géing et riskéieren en delikaten Prezedenzfall ze schafen. Et kann een d’Iwwerleeungen verstoen, och aner Uni’en, virop an den USA an a Groussbritannien hunn horrend Aschreiwungsfraisen, mais ons Uni ass en établissement public, an d’Aschreiwungsfraisen dierfen an onsen Aen keng Hürd fir Studenten duerstellen. All Student muss kënnen d’finanziell Méiglechkeet hunn hei am Land seng Studien ze maen. Mat engem aktuellen Stand tëschent 200 a 400 Euro d’Semester, ass dat méiglech. Wann do eng Null méi dohannert stéing, wier deen fräien Accès op d’Uni net méi ginn. Des Kompetenz läit elo beim conseil de gouvernance, muss awer vum Minister approuvéiert ginn. Et bleift ze hoffen, datt des Fraise fir jiddereen accessibel bleiwen.

Et gi scho genuch Barrièren am Liewen vun engem Schüler fir de Wee op d’Uni ze fannen, finanzieller soll et zu Lëtzebuerg net ginn.

Vu déi verschidde Suergen, déi mat dësem Gesetz verbonnen sinn, ass et gutt datt weiderhin eng extern Analyse am 4 Jores Rhythmus virgesinn ass, déi den Enseignement an d’Recherche, d’Zentralverwaltung an déi intern Organisatioun soll evaluéieren.

Mat där Remark, wëll ech meng Interventioun op en Enn bréngen, ech soen dem Rapporter nach emol Merci fir säin exzellente mëndleche an schrëftlechen Rapport,a ginn den Accord vun der grénger Fraktioun.

Catégories: gréng Blogs

La modernisation attendue de notre droit de la famille

11 June 2018

La fin d’un mariage est déchirante pour les concernés.  Bien plus tragique encore pour l’enfant, s’il y en a, qui prend conscience que son cocon familial sera bouleversé, sans forcément en comprendre les raisons. Une procédure pesante qui envenime souvent durablement les relations au sein d’une famille.

Le projet de loi portant réforme du divorce et de l’autorité parentale sera voté à la Chambre des Députés la semaine prochaine. Ce projet de Felix Braz modernise la procédure actuelle qui passe soit par un accord, soit par une séparation d’au moins 3 ans, soit par une lourde procédure de divorce pour faute, consistant à démontrer que le partenaire a commis des écarts réels ou artificiels dans le cadre du mariage.

Discutée depuis le début de ce siècle au moins, cette réforme va enfin doter le Luxembourg d’un droit de la famille moderne, adapté à la réalité et aux procédures simplifiées. Un juge unique, le juge aux affaires familiales, sera compétent pour traiter plusieurs volets différents en matière du droit de la famille. La famille pourra ainsi être suivie par un même magistrat à travers de nombreuses procédures, permettant au juge d’avoir une vision globale de la famille.

La procédure de divorce est également simplifiée et les décisions pourront être prises plus rapidement. Quant au fond, la réforme traduit avant tout la volonté de pacification des procédures de divorce. Tout comme le projet de loi déposé en 2003 par le ministre de la Justice de l’époque, Luc Frieden, le projet de loi de Felix Braz tend à l’abolition du divorce pour faute. Il ne prévoit désormais plus que le divorce par consentement mutuel et le divorce pour rupture irrémédiable des relations conjugales. Cette dernière cause est nouvelle et découle soit du constat des partenaires que le mariage ne peut être sauvé, soit de la demande d’un des époux, réitérée sur une période déterminée. Si l’autre époux, le défendeur à l’instance, conteste la rupture irrémédiable, le juge peut accorder un délai de 3 mois (renouvelable une fois) aux époux pour leur permettre de se réconcilier.

Le projet de loi tend également vers un traitement plus équitable des conséquences économiques du divorce. Ainsi le juge aura plus de flexibilité pour déterminer la pension alimentaire suivant les besoins du bénéficiaire et dans la limite des facultés contributives du débiteur. Un certain nombre de critères supplémentaires sont pris en compte dans la décision, tel que l’âge et l’état de santé, la durée du mariage, le temps consacré à l’éducation des enfants, la situation professionnelle et le patrimoine des époux.

L’élément de « faute » n’est en principe plus pris en compte pour l’octroi et le montant de la pension alimentaire. Or, en cas de condamnation pénale pour des faits tels que viol, coups et blessures volontaires ou homicide et lésions corporelles volontaires contre le conjoint ou les enfants, l’auteur des infractions perd son droit à la pension alimentaire ainsi qu’aux avantages matrimoniaux.

Le projet de loi introduit également l’autorité parentale conjointe des deux parents et répond ainsi à un arrêt de la Cour constitutionnelle de 1999 qui avait déclaré inconstitutionnelles certaines dispositions du Code civil relatives à l’autorité parentale. Près de 20 ans plus tard, celles-ci sont donc réformées. Dorénavant, en cas de séparation, le juge pourra fixer la résidence de l’enfant alternativement au domicile de chacun des parents. Et finalement, la prise en compte de la volonté des mineurs « capables de discernement » est institutionnalisée. Ceux-ci pourront s’adresser au tribunal pour demander une modification de l’exercice de l’autorité parentale ou de l’exercice du droit de visite et d’hébergement. Déjà aujourd’hui les mineurs se manifestent à partir d’un certain âge pour faire part de leur désaccord concernant la solution retenue. Et déjà aujourd’hui le Code civil prévoit que le mineur capable de discernement est entendu par le juge lorsque le mineur en fait la demande. Le projet de loi soumis au vote la semaine prochaine encadre la procédure en prévoyant notamment que le mineur sera assisté d’un avocat.

Catégories: gréng Blogs

Question parlementaire concernant les procédures de demandes de protection internationale et l’hébergement des personnes concernées

05 June 2018

La loi du 18 décembre 2015 relative à la protection internationale et à la protection temporaire dispose en son article 26 que la demande de protection internationale est traitée endéans un délai raisonnable et au maximum endéans un délai de 6 mois.

Suivant les associations actives dans ce domaine, ce délai est très souvent dépassé et les demandeurs sont dans l’attente d’une décision. Elles estiment qu’un système de « tracking » de la demande pourrait alléger l’attente des demandeurs.

Depuis avril 2017, une nouvelle structure d’hébergement d’urgence (« SHUK ») a été installée à Kirchberg pour des demandeurs qui ont vocation à être transférés dans un autre état membre de l’UE en vertu du règlement Dublin. Beaucoup de demandeurs disparaissent avant leur transfert effectif. Parmi ces demandeurs, il y a :

  • des personnes éligibles au statut de réfugié qui n’ont pas entamé de procédure d’asile dans un autre état membre, mais qui tombent sous l’application du règlement Dublin (empreintes digitales, visa, etc.) ;
  • des personnes qui ont déjà déposé une demande de protection internationale dans un autre état membre ;
  • des personnes qui ont déjà eu une réponse négative en Europe.

Dans ce contexte, je voudrais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :

  1. En ce qui concerne le délai de traitement des demandes de protection internationale, combien de demandes ont été formulées depuis l’entrée en vigueur de la loi de 2015 et endéans quel délai ont-elles été traitées ?
  2. Un système de « tracking » des demandes en faveur des demandeurs est-il envisagé par le Gouvernement ?
  3. Le Luxembourg a pris 1225 décisions d’incompétence pour des cas Dublin en 2017.
    1. Parmi eux, combien de personnes avaient déjà déposé une demande d’asile dans un autre état membre ?
    2. Combien n’avaient jamais déposé de demande dans un autre état membre ?
    3. Combien avaient déjà reçu une réponse négative dans autre pays européen ?
    4. Combien ont effectivement été transférés vers un autre état membre ?
  4. Combien de personnes sont actuellement accueillies dans la SHUK ?
  5. Quel est le taux de disparition des demandeurs d’asile de cette structure depuis avril 2017 ?
  6. Quel bilan le Gouvernement tire-t-il de la SHUK après une année ?
  7. La structure ne contribue-t-elle pas à une fragilisation de la prise en charge des demandeurs d’asile à des fins dissuasives aux dépens de la protection des personnes ?
  8. Ces personnes ne pourraient-elles pas être accueillies dans d’autres structures d’accueil ?
Catégories: gréng Blogs

Question parlementaire relative à l’auditorium de la Villa Louvigny

30 May 2018

La Villa Louvigny a vu naître la Compagnie Luxembourgeoise de Radiodiffusion. Dans ces locaux historiques, bénéficiant d’une situation exceptionnelle dans le parc municipal de la capitale, se trouve un auditorium pris en service dans les années 1950, pouvant accueillir jusqu’à 400 personnes. Des musiciens de renommée internationale s’y sont produits et y ont été enregistrés et la Villa a accueilli le Grand prix Eurovision de la Chanson à deux reprises, en 1962 et en 1966. Les émissions radio de RTL ont été diffusées à partir du studio y situé jusqu’à son déménagement au Kirchberg.

L’auditoire a été planifié et réalisé pour l’orchestre de Radio Luxembourg et bénéficie donc d’une acoustique spécifique en vue de l’enregistrement de concerts. C’est une salle pour travailler, enregistrer et se produire devant un public. Une rareté et une salle que les professionnels du secteur souhaiteraient pouvoir utiliser à des fins de répétition, d’enregistrement (également de musique de films) et de concerts.

Des exemples à l’étranger montrent que ce genre de salles peut être réaffecté à sa destination d’origine (p.ex. la Maison de la Radio, Place Flagey à Bruxelles).

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes au Ministre de la Culture :

  1. Est-il prévu de classer la Villa Louvigny y inclus son auditorium comme monument national ?
  1. Ne serait-il pas envisageable de réaliser un projet comme celui de la Maison de la Radio Flagey à Bruxelles ?
  1. Dans tous les cas de figure, n’est-il pas possible d’ouvrir l’auditorium aux professionnels du secteur afin d’y répéter et enregistrer ?
  1. Ne serait-il pas opportun d’organiser de nouveau des concerts dans l’auditorium ?
Catégories: gréng Blogs

Fro un de Schefferot betreffend den Trafic zu Weimerskirch

28 May 2018

Les résidents de Weimerskirch, et plus particulièrement des rues Schetzel et des Sources se sont réunis en une amicale afin de rendre attentifs au sujet de la situation du trafic de transit dans leurs rues et le non respect des règles du Code de la route.

En octobre 2017 une réunion a eu lieu à la mairie et il a été retenu que le service de la circulation allait analyser la situation et tenter d’élaborer une solution. Ont été abordées la question de la possibilité de sens uniques et/ou de rétrécissement de la chaussée à différents endroits afin de réduire la vitesse. Il avait été été convenu qu’une réunion participative serait organisée avec les résidents afin de discuter des différentes possibilités.

La protection du trottoir entre les rue Schetzel et rue des Sources au niveau de la rue de Kirchberg a également été discutée puisque les voitures empruntent régulièrement le trottoir afin de dépasser les véhicules par la droite. Un chantier ayant été planifié à cet endroit, montée rue Schetzel, il avait été indiqué que des mesures pourraient être prises lors de ces travaux.

Je souhaite dès lors poser les questions suivantes au Collège échevinal :

  • Quelles sont les solutions qui ont été élaborées par le service de la Circulation ?
  • Est-ce qu’une réunion avec les citoyens sera organisée et dans l’affirmative à quelle date ?
  • Est-ce que les mesures de protection du trottoir ont été réalisées ou le seront à brève échéance ?
Catégories: gréng Blogs

Question parlementaire relative aux aides financières allouées par le « FILMFONG »

28 May 2018

Le comité du Fonspa est – suivant l’article 12 de la loi du 22 septembre 2014 relative au Fonds national de soutien à la production audiovisuelle – en charge des décisions suite aux demandes d’obtention d’une aide financière sélective prévues à l’article 9 de ladite loi.

Suivant les informations recueillies sur le site Internet du Fonspa, quatre sessions ont été fixées pour le comité de sélection pour février, avril, juillet et novembre 2018. Une cinquième session pour l’année 2018 a déjà été annulée.

Pour la session de février 2018, le montant de 14.263.000 € d’aides financières a été alloué et le comité de sélection avait analysé 38 projets pour un montant total d’aides sollicitées de 26.044.098 €. Pour la session de mars 2018, le montant de 6.819.959 € d’aides financières a été alloué et le comité avait analysé 21 projets pour un montant total d’aides sollicitées de 13.748.253 €. Le comité dispose d’un budget de 33 millions d’euros pour l’année 2018 (100 millions sur 3 ans). Près de deux tiers du budget pour l’année a dès lors déjà été dépensé pourcette année.

On peut lire dans le communiqué relatif à la réunion du comité de février 2018, que « une séance de décision au courant de l’année devrait être annulée ». Or, les professionnels du secteur organisent souvent leur travail autour des dates des sessions du comité de sélection et nécessitent donc une certaine prévisibilité.

En parallèle, une discussion ausujet de l’aide financière sélective qui est basée sur un système à points est lancée sur le terrain. Ce système dépend d’une grille qui récapitule les caractéristiques principales de la production (techniciens, jours de tournage, lieux de tournage, etc.) et selon laquelle l’aide à la production des films est déterminée.

Dans ce contexte j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :

1.    Monsieur le Ministre peut-il confirmer qu’une session supplémentaire du comité de sélection du Fonspa n’aura pas lieu cette année, de sorte qu’il n’y aura au final que trois sessions ?

2.    Monsieur le Ministre estime-t-il que le budget consacré au Fonspa est suffisant ?

3.    Est-il prévu de revoir le « système à points » et dans l’affirmative quel est le système qui est envisagé pour remplacer ce système ?

Catégories: gréng Blogs

gréng Blogs