Toxicomanie: la priorité doit être donnée à la réduction des risques

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Santé, Société
Auteurs : 
déi gréng
Toxicomanie: la priorité doit être donnée à la réduction des risques

Publié le

DÉI GRÉNG regrettent que l'avant-projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités du programme de traitement de la toxicomanie par substitution prévoie uniquement la substitution par méthadone.

Luxembourg le 4 décembre 2001

DÉI GRÉNG regrettent que l'avant-projet de règlement grand-ducal déterminant les modalités du programme de traitement de la toxicomanie par substitution prévoie uniquement la substitution par méthadone.

Lors de l'analyse de l'avant-projet de règlement grand-ducal par la Commission spéciale "Stupéfiants", il s'est avéré que l'avant-projet de règlement ne fournira pas de base légale à la distribution contrôlée de l'héroïne.

Dans ce cadre il est rappelé que lors du vote de la nouvelle loi sur la toxicomanie en mars 2001, la Chambre des député-e-s avait adopté une motion présentée par DÉI GRÉNG invitant le gouvernement "à développer rapidement des critères pour la mise en oeuvre d'un projet-pilote sur la distribution d'héroïne contrôlée". En outre, le gouvernement a à plusieurs reprises annoncé lui-même sa volonté de lancer un projet en la matière. Cependant, sans cadre réglementaire, la réalisation d'un projet-pilote de distribution d'héroïne contrôlée se déroulerait en parfaite illégalité.

Pour DÉI GRÉNG, qui avaient rejeté le nouveau projet de loi sur la toxicomanie à cause de son caractère trop répressif, la réalisation d'un projet de distribution d'héroïne contrôlée devrait figurer parmi les priorités d'une politique des toxicomanies moderne.

D'autant plus qu'on pourrait tenir compte des expériences faites par d'autres pays européens en la matière. Pour la fin 2002, le gouvernement envisage l'aménagement de locaux agréés assurant aux toxicomanes les conditions d'hygiène optimales pour l'injection de drogues. Ces locaux pourraient constituer le cadre idéal pour la mise en place d'un projet-pilote sur la distribution d'héroïne contrôlée.

En ne prévoyant pas de cadre réglementaire, la réalisation de ce projet semble en tout cas rapportée aux calendes grecques. Pour DÉI GRÉNG, les démarches actuelles du gouvernement sont le reflet exact d'une politique de la toxicomanie qui est essentiellement axée sur la répression et où la diminution des risques ne joue qu'un rôle secondaire. DÉI GRÉNG demandent au gouvernement de respecter les motions votées en la matière par la Chambre des député-e-s et de préciser dans l'avant-projet de règlement grand-ducal les critères de distribution contrôlée d'héroïne.

Pour DÉI GRÉNG

Renée Wagener
membre de la Commission spéciale "Stupéfiants"

info + contact: Gina Conter, t 46 37 40 22


 
   

gréng Blogs