Produits cosmétiques plus sûrs: Un lifting salutaire pour la législation

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Santé Protection du consommateur Europe Ecologie et environnement
Auteurs : 
déi gréng
Produits cosmétiques plus sûrs: Un lifting salutaire pour la législation

Publié le

Nous accueillons favorablement le vote du Parlement européen. Les produits cosmétiques d'usage courant contenant des nanomatériaux - tels que les laits solaires, les rouges à lèvres et la crème antivieillissement - seront enfin soumis aux règles d'autorisation, de sécurité de l'expérimentation et d'étiquetage  de ces composants. 

À l'initiative du Groupe des Verts, la révision de la législation européenne sur les  produits cosmétiques prévoit désormais des règles nouvelles en matière de nanomatériaux. Alors que ceux-ci sont très répandus dans ce type de produits, il n'existait jusqu'à présent aucune règle spécifique pour ces composants malgré les inquiétudes quant à leurs effets sur la santé. 

 

Commentant ce dossier à l'issue du vote, Claude Turmes, Vice-président du Groupe des Verts/ALE et membre de la commission de l'environnement a estimé:

 

"Nous accueillons favorablement le vote du Parlement européen sur les nouvelles clauses de sauvegarde concernant les nanomatériaux contenus dans les cosmétiques. Les produits cosmétiques d'usage courant contenant des nanomatériaux - tels que les laits solaires, les rouges à lèvres et la crème antivieillissement - seront enfin soumis aux règles d'autorisation, de sécurité de l'expérimentation et d'étiquetage  de ces composants. 

 

De nombreux produits contenant des nanomatériaux sont déjà sur le marché européen, malgré les nombreuses interrogations concernant les dangers de ces particules pour la santé humaine et l'environnement. Le vote d'aujourd'hui marque un tournant par rapport à la position défendue jusqu'à présent par la Commission européenne. 

 

Cette nouvelle proposition vise à assurer un haut niveau de sécurité quant à l'utilisation des produits cosmétiques: les produits issus de nanomatériaux devront subir des tests très stricts avant d'être inclus sur une liste positive et donc approuvés pour la mise sur le marché. Les consommateurs pourront également faire leur choix grâce à un étiquetage qui deviendra obligatoire pour tous les produits cosmétiques contenant des nanomatériaux.

 

Nous sommes cependant fort déçus par la définition trop restreinte des nanomatériaux qui limite la portée de la nouvelle législation aux  "nanomatériaux  insolubles ou bio-persistants". Afin de garantir une sécurité maximale, la législation sur les cosmétiques devrait couvrir l'ensemble des nanomatériaux. Nous appelons la Commission à réviser cette définition afin de la faire correspondre aux standards internationaux".