Non aux expulsions forçées! Pour une solution pacifique au Kosovo!

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Migrations Affaires étrangères
Auteurs : 
déi gréng
Non aux expulsions forçées! Pour une solution pacifique au Kosovo!

Publié le

Communiqué de presse commun de l’UNEL, Jonk Gréng et du Groupe « Migrations »

Les ministres responsables de l’immigration, Jean Asselborn et Nicolas Schmit, ont une fois de plus profité des vacances scolaires estivales pour donner leur feu vert vendredi dernier à une expulsion forcée de 11 ressortissants d’Ex-Yougoslavie, dont des familles avec enfants et ce, comme l’a souligné à juste titre l’ASTI, malgré leur promesse de ne pas organiser des expulsions au cours de l’été.

Dans un cas qui nous a été rapporté de Differdange, la police a mobilisé presque 50 policiers pour intercepter à leur domicile tôt le matin des familles de réfugiés. Nous nous demandons sérieusement s’il ne faudrait pas parler de « rafles » qui nous rappellent les périodes les plus sombres de notre histoire. 

Au lieu de perdre leur temps à organiser ces expulsions qui sont administrativement inefficaces, politiquement fausses et moralement hautement condamnables, nos ministres feraient mieux de s’investir à une résolution pacifique du conflit au Kosovo, qui risque en ce moment de s’aggraver sérieusement et d’entraîner de nouveaux conflits armés dans les Balkans. Le « International Crisis Group « avait déjà averti en 2004 que « si les causes sous-jacentes de la violence ne sont pas traitées immédiatement et sans détour (à l'aide de mesures politiques, sécuritaires et de développement), le Kosovo risque de devenir la Cisjordanie de l'Europe. » Des milliers de soldats - notamment de l’OTAN - n’ont pas su empêcher ou contenir le nettoyage ethnique perpétrés par des extrémistes albanais du Kosovo au détriment des minorités serbes, roms et ashkali. Différentes explosions de violence ont révélé que la société albanaise du Kosovo était profondément tourmentée et que dans son état actuel, la société continuera d'éliminer les minorités et finira par consumer sa fine couche d'intelligentsia. Quelle ont été les actions concrètes de nos ministres face à cette évolution ? Est-il vraiment responsable de forcer des familles avec des enfants de quitter le Luxembourg pour une situation tellement instable ?

Compte tenu de ce qui précède, nous exigeons des ministres compétents et du gouvernement :

- l’arrêt immédiat de la politique d’expulsion ;

- la régularisation des sans papiers et des déboutés du droit d’asile

- la mise en place d’une politique européenne ouverte et solidaire telle que décidé lors du sommet de Tampere

- le respect inconditionnel du droit international en prenant des mesures pour rehausser la sécurité des communautés minoritaires du Kosovo, surtout les Serbes, et en refusant tout manoeuvre politique visant à court-circuiter la résolution 1244 de l’ONU garantissant l’unité territoriale de la Serbie.

Pour souligner notre volonté à interpeller les ministres responsables, nous invitons toutes les personnes intéressées à se joindre à un piquet de protestation devant le ministère des affaires étrangères et de l’immigration (Hôtel St-Maximin, 5, rue Notre-Dame à Luxembourg-ville) ce jeudi 16 août de 13-16h.

Fait à Luxembourg, le 13 août 2007

Union des Etudiants et Etudiantes du Luxembourg (UNEL)
Jonk Gréng
Groupe « migrations »