Liewensmëttelkontrollen an Agrarreform: Sonndesrieden versus Realitéit

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Agriculture, Europe, Protection du consommateur, Santé
Auteurs : 
Kox Henri, Turmes Claude

Publié le

Les nouveaux scandales alimentaires démontrent la nécessité de renforcer à la fois la législation et les contrôles. Or, le Luxembourg a déjà de grands problèmes à assurer ses contrôles actuels. Des audits des contrôles luxembourgeois révèlent des déficits allant d'une large utilisation de médicaments vétérinaires interdits, à des normes non transposées, en passant par un nombre de contrôles trop faibles. Mais même des normes plus strictes et des contrôles plus nombreux échoueront à éviter des scandales alimentaires similaires sans une réforme profonde de la politique agricole européenne. Les verts au Parlement européen vont s'engager, lors du vote de mercredi prochain, pour une politique agricole plus écologique, transparente et juste.

Graves déficits au niveau de la sécurité alimentaire au Luxembourg

Les scandales alimentaires des dernières semaines (viande de cheval, étiquetage des œufs, aliments pour animaux contaminés) démontrent à la fois la nécessité d'un renforcement de la législation et du système de contrôle de la sécurité alimentaire. Pourtant, le Luxembourg a déjà de grands problèmes à assurer les contrôles sur le terrain à l'heure actuelle. Des extraits (cf. le DOSSIER) tirés des rapports d'audit européens pour le Luxembourg révèlent de très nombreux déficits allant d'une large utilisation de médicaments vétérinaires pourtant interdits dans le pays, à des normes non transposées au niveau national, en passant par un nombre de contrôles trop faibles.

Voilà pourquoi déi gréng revendiquent:

  • l'extension rapide des obligations européennes d'étiquetage à tous les types de viandes et surtout aussi aux plats préparés ;
  • la création d'un véritable Ministère de la Protection des consommateurs et le renforcement des contrôles nationaux de même que des sanctions afférentes ;
  • la réforme de la loi actuelle sur la sécurité alimentaire qui date encore de 1953 !

La protection du consommateur exige une nouvelle politique agricole

La direction actuelle de politique agricole commune (PAC) européenne est également un problème majeur pour la protection du consommateur. Elle renforce toujours davantage l'industrialisation de la filière alimentaire et l’opacité du commerce, de même que la disparition de petites exploitations locales et régionales. Le vote du Parlement européen sur la réforme agricole, mercredi prochain à Strasbourg, sera donc un moment clé pour changer de cap et pour remettre les consommateurs, le bien-être des animaux, l'environnement et la répartition plus juste des subventions au centre de la nouvelle PAC.

Les verts aux Parlement européen voteront pour

  • une réforme plus écologique ;
  • une limitation des subventions maximales à 100.000 euros pour les très grandes exploitations et plus de soutien pour les petites structures;
  • une parfaite transparence du régime des subventions ;
  • un abandon des subventions à l'exportation désastreuses pour les paysans des pays en développement.
Pressedossier

gréng Blogs