Il faut stabiliser le pouvoir d’achat et soutenir l’emploi

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Economie et Finances Emploi et Travail

Publié le

Le député Henri Kox intervient en vue du débat sur la compétitivité: C’est une illusion de croire que le développement de l’emploi puisse se faire par une baisse des salaires. Au contraire, le développement économique dans la région doit se faire par la stabilisation des pouvoirs d’achat ainsi que la maîtrise des coûts pour les ménages, surtout du logement. Ensuite, il faut soutenir fiscalement les entreprises à forte intensité de travail et investir dans la formation professionnelle.

Le député déi gréng Henri Kox a pris positionen vue du débat de consultation à la Chambre des Député-e-s ce jeudi 16 mai sur la croissance économique et la compétitivité du Luxembourg.

Dans sa note d’analyse en vue du débat, le Ministre Etienne Schneider met le doigt sur les salaires comme seul facteur coût sur lequel on pourrait agir et se situe ainsi clairement dans l’obsession de la compétitivité par la baisse des salaires. Henri Kox, député déi gréng réagit en précisant:« déi gréng refusent un débat sur la compétitivité qui ne vise que la baisse les salaires. Le développement économique dans la région doit se faire avant tout par la stabilisation des pouvoirs d’achat ainsi que la maîtrise des coûts pour les ménages, surtout du logement. 

A la première proposition du Ministre de revoir les indicateurs de la compétitivité, Henri Kox répond: « On croit rêver : pour Etienne Schneider, il semble suffisant de change de lunettes pour changer le monde ! Mettez des lunettes roses et tout rentre dans l‘ordre. Changer d’indicateurs ne change rien à la réalité. Mais cette proposition montre aussi que nous menons ici avant tout un débat sur des indicateurs, un débat idéologique. Or, ce débat relève plutôt du dialogue social en panne depuis des années. »

Dans le domaine de l’énergie, Etienne Schneider veut surtout arriver à une baisse substantielle des coûts. « Mais pour relever le défi de l’énergie, il ne suffit pas de succomber à des lobbies industriels qui veulent tout, maintenant et au moindre coût. Si nous nous ne préparerons pas maintenant l’infrastructure énergétique des années 30, qui ne sera ni nucléaire, ni fossile, mais renouvelable,  l’industrie luxembourgeoise n’aura simplement pas d’avenir. Un appui plus stratégique du gouvernement aux PME serait certes le bienvenu. A l’image du Pacte Climat avec les communes, le Gouvernement doit rapidement mettre en place un Pacte Climat avec l’industrie et investir massivement dans l’économie d’énergie, dans le renouvelable et dans le savoir-faire nécessaire. »

La conclusion pour Henri Kox, « C’est une illusion de croire que le développement de l’emploi  puisse se faire par une baisse des salaires. Il faut au contraire soutenir fiscalement les entreprises à forte intensité de travail et investir dans la formation professionnelle. Une bonne formation professionnelle reste le meilleur garant contre le chômage et permet aux entreprises à rester compétitives. »

 

voir la lettre ouverte en annexe

Lettre ouverte