Espionnage éventuel des liaisons de communications par satellite et des data centers luxembourgeois

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Affaires étrangères, Culture et Médias, Démocratie, Etat, Institutions
Auteurs : 
Adam Claude

Publié le

Réponse à la question parlementaire du député Claude Adam à Monsieur le Premier ministre, Ministre des Communications et des Médias

Depuis 2013, les révélations d'Edward Snowden sur les programmes de surveillance américains et européens ont provoqué une couverture médiatique et une prise de conscience sans égal du fonctionnement et des méthodes de travail et de la coopération des services de renseignements. De nombreux cas de dysfonctionnements, voire d’agissements illégaux furent révélés par la suite, tel que par exemple les programmes PRISM et TEMPORA, la révélation fin juin 2013 que le service secret américain NSA avait également mis sous écoute les bureaux de plusieurs institutions européennes à Bruxelles sans oublier la surveillance directe du téléphone portable de la chancelière allemande depuis probablement l’année 2002 ou le vol de clés de chiffrement de cartes SIM d’une société qui en produit 2 milliards par ans pour plus de 450 opérateurs de téléphonie mobile dans le monde.

La presse allemande a révélé fin avril 2015 que le service de renseignement allemand BND surveillait depuis de nombreuses années les communications numériques transitant par l’Allemagne pour le compte NSA et que les cibles de cet espionnage étaient aussi des firmes, des organisations, des institutions, des gouvernements européens, etc. Les sources évoquaient notamment de grandes entreprises comme EADS, Airbus ou Siemens, mais aussi des politiciens comme par exemple de hauts fonctionnaires du Ministère des Affaires étrangères français, de l’Elysée et de la Commission européenne.

Le député vert autrichien Peter Pilz a publié vendredi, un courriel d’un employé de la Deutsche Telekom au service de renseignement allemand BND datant de février 2005. Ce courriel démontre que le BND a également espionné, outre une connexion autrichienne, quatre connections de télécommunication luxembourgeoises. Ce lundi, une « wishlist » de liaisons européennes, sur lesquelles la NSA souhaitait avoir accès à l’époque, regroupe en tout 11 liaisons de télécommunications luxembourgeoises par câble (avec Moscou, Prague, Ankara, Vienne, Copenhague, Stockholm, Helsinki, Amsterdam, Zurich, Milan et Rome).

Le Luxembourg héberge non seulement jusqu’à 20% des data centers ultra-sécurisés du monde, mais aussi la société SES, leader mondial des services par satellites. Le réseau de la société SES couvre presque la totalité du globe et offre aussi des services de communication par satellites pour personnes privées, entreprises, opérateurs de télécommunication et agences gouvernementales, y inclus aux Etats-Unis.

Dans ce contexte, j’aimerais avoir les renseignements suivants du Ministre des Communications et des Médias :

  • Est-ce que le Gouvernement possède actuellement des indices indiquant directement ou indirectement une surveillance des liaisons de communication par satellites vers et à partir du Luxembourg ? Est-ce qu’il y a eu des indices ou des cas concrets dans le passé ?
  • Est-ce qu’il existe éventuellement un accord secret entre la société SES et l’agence NSA lui permettant une surveillance des communications satellitaires du groupe SES ou de l’une de ses filiales, suite à la fusion avec l’opérateur satellitaire américain General Electric Americom en novembre 2001 (par exemple à l’image des accords avec les sociétés US au sein du programme PRISM) ?
  • Qu’en est-il de la stratégie de sécurité des data centers luxembourgeois face à l’interception massive des données de télécommunication internationales ?
  • Est-ce que les révélations récentes auront un impact sur la nouvelle stratégie « Digital Lëtzebuerg »? Quelles mesures est-ce que le Gouvernement envisage afin de de renforcer le niveau de sécurité et la protection des communications tant nationales qu’internationales face aux activités d’espionnage politique et industriel ?
Question parlementaire Réponse à la question parlementaire

gréng Blogs