Accord de libre-échange UE-US : Le Président de la Chambre refuse le débat démocratique

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Affaires étrangères Agriculture Culture et Médias Ecologie et environnement Economie et Finances
Auteurs : 
Kmiotek Christian, Kox Henri

Publié le

Ce vendredi, les Etats membres de l’Union européenne vont se mettre d’accord sur le contenu et les limites pour la négociation d’un très important accord de libre-échange avec les États-Unis. Or, jusqu’ici, le Parlement luxembourgeois a été écarté du dossier et une question parlementaire urgente du député vert Henri Kox, qui voulait thématiser les négociations encore cette semaine à la Chambre des Député-e-s, fut refusé par le Président de la Chambre. Du coup, le Gouvernement pourra maintenant répondre à la question endéans un mois, donc largement après la décision du Conseil des Ministres de l’UE.

« Les conséquences découlant de ces négociations nous concerneront tous et si l’Europe n’exclut pas d’office plusieurs secteurs sensibles, les conséquences seront néfastes dans de nombreux domaines. Nous revendiquons clairement l’exception culturelle européenne, donc l’exclusion de l’audiovisuel et de la culture des négociations. Mais il existe aussi de nombreux autres secteurs sensibles tels que nos services publics, l’agriculture et les OGM, l’alimentation, la santé et même la protection des données ! » explique Christian Kmiotek, président de déi gréng.

Pour déi gréng, il est totalement inacceptable que le Président du Parlement se laisse instrumentaliser par le Gouvernement et décide de ne pas reconnaitre l’urgence du débat sur un accord international d’une envergure énorme.

« Pour Monsieur Mosar, des retards de train en gare de Troisvierges sont manifestement plus urgents qu’un mandat de négociation pour un accord qui ne concerne après tout que la bagatelle de 820 millions de personnes. » conclut le député vert Henri Kox.


La question urgente de Monsieur Kox date du 6 juin : question urgente
 

gréng Blogs