« Démocratie : un art qu’il faut apprendre à vivre. » (communiqué Déi Jonk Gréng)

Catégories : 
Actualité
Thèmes : 
Démocratie, Etat, Institutions Enfance et Jeunesse
Auteurs : 
déi gréng
« Démocratie : un art qu’il faut apprendre à vivre. » (communiqué Déi Jonk Gréng)

Publié le

Propositions concrètes de Déi Jonk Gréng pour améliorer la participation et l'implication des jeunes.

DÉI JONK GRÉNG constatent que :

- notre monde devra aborder à l’avenir de grands défis, soit au niveau de l’environnement et du climat, soit au niveau social et au niveau de la paix mondiale et au niveau de l’intégration. Des défis fondamentaux qui exigent une conscience citoyenne développée, une démocratie saine et jeune,

- notre classe politique et notre société de plus en plus vieillissante a de plus en plus du mal à faire avancer des réformes urgentes dans les domaines, politique sociale, environnement, intégration etc.,

- les possibilités offertes à la jeunesse pour participer réellement et activement au processus politique quotidien et à long terme et pour intégrer leur opinion et leurs idées dans la conception de leur propre avenir, sont minimes,

- notre société prive en grande partie les citoyens et citoyennes de demain à apprendre à vivre leur citoyenneté. Une participation sur des bases démocratiques et représentatives n’est pas garantie, notamment au quotidien à l’intérieur de nos écoles et au niveau communal,

- au Luxembourg la politique de jeunesse au niveau communal ainsi qu’au niveau national prend souvent une allure d’alibi. Dans nos écoles les jeunes ne sont pas respectés comme des citoyennes et citoyen entiers. L’opinion des jeunes n’est pas prise au sérieux. De réelles chances de participation ne sont pas offertes aux jeunes,

- dans le sondage Meckerkescht réalisé fin 2001 par DÉI JONK GRÉNG, 75% des jeunes se plaignent de l’insuffisance des initiatives pour jeunes dans leur commune. De surcroît un tiers constate un manque de dialogue avec les responsables communaux.

DÉI JONK GRÉNG constatent également que:

- les jeunes sont prêts à s’investir dans notre société, à condition d’être pris au sérieux et de voir des chances de concrétisation de leurs buts,

- certaines communes montrent de manière encourageante des possibilités pour une participation réussie et accrue des jeunes au niveau communal.

Afin de promouvoir :

- une démocratie plus jeune avec des réelles chances de participation pour les jeunes,
- une société qui donne à sa jeunesse la chance d’un apprentissage de la citoyenneté,
- une politique orientée résolument vers l’avenir et non pas vers le passé

DÉI JONK GRÉNG proposent :

société et structures

- l’organisation, selon un cadre légal, dans les grandes communes de forums pour jeunes à intervalles réguliers et définis, encadrés professionnellement et fondés sur une participation de base,

- l’organisation, selon un cadre légal, en milieu rural sur base des régions LEADER+ des forums pour jeunes à intervalles réguliers et définis, encadrés professionnellement et fondés sur une participation de base,

- la revalorisation des commissions jeunes dans les communes,

- des plans communaux jeunes, établis dans toutes les communes avec la participation active des jeunes, ainsi que des plans régionaux jeunes régulièrement actualisés,

- un cadre légal obligeant les responsables communaux et nationaux selon une procédure définie à prendre en considération l’opinion des jeunes, représentant(e)s de leur avenir, concernant toutes sortes de projets avec des conséquences à moyen ou à long terme : infrastructures, aménagement du territoire, accents budgétaires, etc.,

- la revalorisation et la diversification des formations dans le domaine des professions sociaux-éducatives et d’encadrement des jeunes,

école

- l’élaboration de nouveaux concepts éducatifs qui considèrent les élèves comme des citoyennes et citoyens à part entière dans la vie quotidienne dans leur établissement scolaire et qui éveillent dans les élèves un sentiment de responsabilité civique,

- la revalorisation des comités d’élèves en leur donnant les moyens financiers et structuraux nécessaires : secrétariat professionnel, plus de droits concernant la communication avec les autres élèves, droits de réunions, etc.,

- une formation et une sensibilisation approfondie du corps enseignant concernant le message civique et le devoir civique de l’école. À travers toutes les matières le message civique doit passer,

- de montrer aux étudiantes et étudiants par des expériences pratiques et par la valorisation accrue des comités d'élèves qu'une participation active au processus politique à l’intérieur comme à l’extérieur de leur établissement scolaire en vaut la peine,

- de créer un cadre légal qui règlerait l’entrée contrôlée et strictement limitée des parties politiques et des acteurs de la société civile en milieu scolaire. La présence de parties politiques en milieu scolaire se limiterait à une présence passive qui laisserait l’initiative aux élèves. Une telle réglementation donnerait aux élèves intéressés la possibilité de participer en connaissance de cause et à l’extérieur des établissements scolaires au débat politique ; éviterait des abus populistes et favoriserait les échanges réciproques de positions et de messages entre jeunes et monde politique,

financement et administration

- un financement transparent des mouvements de jeunesse et des jeunesses politiques, respectant entre autre des critères d’égalités des chances et le degré  d’activité, 

- des chemins administratifs simplifiés, facilitant la dynamique des jeunes : Des personnes de contacte et des compétences clairement définies et régionalisées ; Des procédures d’aides financières et de création d’un mouvement simples et rapides,

- un cadre légal et des concepts qui favorisent la dynamique propre des jeunes,

Comme toute dernière étape d’une revalorisation de la participation des jeunes, c.à.d. après la réalisation des réformes précitées, DÉI JONK GRÉNG proposent :

- de discuter l’âge de vote à 16 ans. Les partis politiques seraient obligés dans leur propre intérêt de prendre l’opinion et les intérêts des jeunes plus au sérieux. Les jeunes de leur côté serraient impliqués et concernés directement ce qui les encouragerait à s’intéresser d’avantage à la politique,

- d’instaurer, selon un cadre légal, dans les plus grandes communes du Luxembourg des conseils communaux jeunes élus démocratiquement, encadrés professionnellement  et disposant d’une certaine autonomie budgétaire,

- d’instaurer, selon un cadre légal, en milieu rural sur base des régions LEADER+ des parlements jeunes régionaux élus démocratiquement, encadrés professionnellement  et disposant d’une certaine autonomie budgétaire,

pour DÉI JONK GRÉNG,

Maurice Losch, porte-parole     
Nora Janah, porte-parole      


gréng Blogs